Making Off - Clip de The Decline !

Les gars de The Decline ! ont fait appel à nous pour réaliser le premier clip pour promouvoir la sortie de leur deuxième album. Et puis-ce qu'ils ne voulaient pas risquer les prises de tête ils ont choisi notre ami Nico pour se charger d'écrire le scénario à nos côtés.

Après plusieurs séances de brainstorming à trois cerveaux, on a trouvé une histoire qui nous plaisait et qui pourrait avoir la ville de Rennes comme décor.

Avant de commencer à filmer les scènes avec les acteurs, on a décidé de commencer par le groupe pour la traditionnelle partie de "faux live" qui vient rythmer le clip en s'intercalant avec l'histoire. Faute d'autorisation possible pour le toit qu'on voulait investir, on a trouvé une solution alternative qui nous permettait de tourner dans un grand espace vide entouré par la ville, grâce à ce trou béant au milieu du quartier de la Courrouze, formé après que plusieurs hangars aient été rasés à cet endroit. Un terrain de jeu idéal pour évoluer autour des musiciens avec le steadicam.

Les Decline se sont fait violence pour qu'on puisse commencer le tournage à 9h30 un dimanche et les voisins ont été beaux joueurs, car malgré une batterie remplie de sourdines et des cymbales scotchées au gaffer et pleines de mousse, les coups de baguettes résonnaient délicatement entre les barres d'immeubles. Rien de mieux qu'un peu de musique pour bien finir la semaine ! Après avoir joué le morceau une dizaine de fois, on pouvait plier le matériel et passer à la prochaine étape.

Il nous fallait un appartement ou une maison qu'on puisse investir pour le tournage et qui nous permette de recréer la cachette du personnage jeune, puis sa planque une fois plus vieux. Après un repérage avec Jean-Mich notre régisseur, on a trouvé l'endroit idéal, un appartement abandonné qui nous tendait les bras et les balais : pour commencer un grand nettoyage s'imposait.

Cinq sacs à gravats plus tard, il nous restait à tourner la partie la plus importante du clip : l'histoire en elle-même.

C'était la première fois qu'on dirigeait un enfant, alors on n'avait pas le droit à l'erreur. On a eu un peu d'appréhension au début, le petit Eloi ne voulait pas vraiment nous adresser la parole malgré nos tentatives de le compromettre à coup de Balisto. Puis une fois les soldats disposés sur le tapis, il a commencé à jouer et a complètement oublié la caméra. Après une journée de tournage, il faisait partie de l'équipe et on s'est quittés bons copains.

Le troisième jour de tournage après Eloi et son rat en peluche, c'était au tour de Marco et du rat bien vivant d'investir l'appartement. On a fait les déménageurs bretons pour que la tanière de l'enfant prenne davantage l'allure de la planque de l'adulte et avec les derniers accessoires récupérés le matin même pour compléter le décor, on était prêt pour la dernière ligne droite.

Le tournage s'est déroulé sans accroc jusqu'aux plans avec le rat. Si on peut assez rapidement se lier d'amitié avec un enfant, c'était plus compliqué avec cette petite bête qui tenait plus de la souris craintive d'appartement que du vaillant rat d'égout. On a tout essayé (dans la limite du code d'honneur de Brigitte Bardo) pour le faire sortir de la boîte comme on avait prévu, mais à part nous laisser des petits cadeaux dans la boîte, aucune réaction de la part du rongeur. Heureuseument, avec de la patience, le rat a fini par bouger et la magie du montage s'est chargée de rendre sa sortie crédible.

Avec le temps perdu à cause de ce rongeur têtu, on a reporté la dernière scène de marche au steadicam et celle du bar, qui devait débuter le clip. Heureusement, Marco était plus docile que la bête et on a pu tourner les plans qui manquaient assez rapidement.

 

Merci au Westport pour l'accueil dans leur pub, merci à notre équipe de choc, à Marco, Jérémy pour le rôle du serveur, à Eloi et à sa mère pour leur temps.

Vous pouvez retrouver The Decline ! et leur musique ici

A la prochaine pour de nouvelles aventures.

Franz pour Ronin !